Petite visite en atelier !

14 Mar 2014

Chez Mademoiselle Chapeaux on voit la vie en rose – c’est certain – mais surtout en « made in France » !

Notre ambition ? Valoriser et perpétuer les traditions et le savoir-faire français. Alors, on aime prendre une voiture, sortir de Paris l’instant de quelques heures, se perdre dans la campagne… Et arriver chez Guy !

Guy, atelier chapeaux

Guy a monté son atelier il y a 30 ans, après avoir été formé au sein d’une grande maison parisienne qui n’existe plus. Passionné par les courses automobiles, et un diplôme de charcuterie en poche, rien ne l’avait pourtant prédestiné aux chapeaux. Aujourd’hui, piqué au jeu, il gère l’une des dernières chapelleries françaises. De la matière première au produit fini, il propose pour les modistes qui n’ont pas la capacité de produire toute leur collection chez elles, une série de modèles qui serviront de base et ne demanderont plus qu’à être habillés, décorés, ornés, agrémentés bref modifiés selon les envies et l’inspiration.

Mais croyez moi ! Même la confection du plus élémentaire des chapeaux relève du grand art !

Il faut d’abord choisir la matière parmi le sisal, la banane, le parasisal, le feutre ou encore la paille (promis on vous présentera toutes ces belles matières très prochainement) et la préparer en l’apprêtant et en l’humidifiant à la vapeur. Chaque atelier possède sa propre méthode et les secrets de fabrication sont bien gardés !

Chaque pièce est ensuite moulée à l’aide d’une presse sur laquelle on dispose des moules encore appelés formes et qui, pour la plupart, sont centenaires ! Après quelques instants, la matière prend alors la forme souhaitée, mais il faut encore coudre les bords et prendre le temps de faire toutes les finitions à la main.

Chaque moule ou « forme » est une pièce unique, un modèle déposé qui ne peut pas être reproduit. Les formes sont en métal lorsqu’elles servent sur une presse, ou en bois lorsqu’on travaille entièrement à la main. Chaque modiste possède ses propres formes qu’elle a d’abord imaginées puis dessinées avant de confier leur fabrication au formier… mais là c’est un autre métier !

Matière chapeaux