HISTOIRE D’UN Chapeau à Paris

« Je porte un chapeau tous les jours. Je les collectionne. Je les chine. Je les personnalise. Mademoiselle Chapeaux est née de ma folle passion pour ce complice de notre vestiaire qui, en clin d’oeil, réveille une silhouette, un style, une humeur.

 

Oui, porter le chapeau donne des ailes ! En 2011, le chapeau sur la tête et la tête sur les épaules, l’aventure commence. J’ouvre mon premier showroom parisien, dans la cour fleurie de mon immeuble à Bastille. J’y loue aux élégantes et aux branchées, les chapeaux que je déniche dans les meilleurs ateliers français. Le bouche à oreille s’empare du concept… et m’encourage à développer mes propres collections.

 

 

20150604_017

 

Je remets alors à l’honneur le canotier qui devient le modèle emblématique de Mademoiselle Chapeaux. Il sera décliné dans de nombreuses formes comme le Gardian et le Coco, devenus eux aussi des incontournables.

En 2014, consciente que le métier de piqueuse de paille est en voie de disparition, j’ouvre un atelier au cœur du Marais, quartier historique de la chapellerie. Fière de faire perdurer un précieux savoir-faire, tous nos modèles sont réalisés à la main en France, par nos modistes issues des plus grandes maisons de luxe.

 

Soixante-dix modèles (et quatre enfants !) plus tard, je suis heureuse de voir notre Maison sans cesse grandir et se renouveler, bousculer les classiques pour créer les intemporels de demain. »   Chloé, Fondatrice de Mademoiselle Chapeaux

 

L’ART DE VIVRE EN CHAPEAU

« Tu me fais tourner la tête ».

 

La Parisienne est un mystère (le Parisien aussi). Avec ce trois fois rien qui fait tout, elle incarne avec avec une facilité déconcertante l’élégance à la française. Hommage à la « French touch », les collections Mademoiselle Chapeaux lui empruntent ce style simple et inimitable à la fois, décontracté mais tellement chic, si naturel. De la joie de vivre teintée d’un brin d’impertinence, voilà le charme qu’on lui reconnaît et qu’on lui envie. Paris est une fête. Le chapeau est une fête.